Autoblog de suumitsu.eu

Ce site n'est pas le site officiel de suumitsu.eu
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de suumitsu.eu

Comptes Twitter illégaux: attention à ce que vous faites !

Mon, 13 Aug 2012 11:33:24 +0000 - (source)

Attention ça va être long et pas facile à lire.

Il y a quelques jours il y a eu un certain « buzz » autour de comptes Twitter diffusant des contenus pédopornographiques. S’il y a de quoi en faire un article ici c’est qu’il y a plusieurs problèmes. Je suis navré d’exposer ces 2 tweets consécutifs de cette personne, mais de ce que j’ai trouvé ça illustre le mieux les « problèmes »:

(si je ne censure pas les comptes visés c’est qu’ils sont déjà suspendus)

Vous connaissez l’effet Streisand ?

L’effet Streisand est un phénomène Internet qui se manifeste par l’augmentation considérable de la diffusion d’information ou de documents faisant l’objet d’une tentative de retrait ou de censure.

Invariablement quand vous tentez de censurer quelque chose, les gens voudront voir ce qui est à censurer (que ça soit tout simplement pour confirmer la censure, la vérifier). Et c’est valable pour tous les contenus. Que croyez-vous qu’il arrive quand vous postez un tweet de ce genre avec des comptes à signaler ? Et bien pour signaler il faut afficher le profil, donc s’exposer à ces contenus (ce qui est d’ailleurs justifié si l’on veut constater par soi-même avant de signaler, on ne signale pas dans le vide). Et pour augmenter le nombre de signalements, et bah on fait passer le mot. Des comptes à la visibilité négligeable (qui donc s’afficherait publiquement à follow ce type de comptes ?) gagnent une visibilité effroyable, donnant l’occasion à ceux qui le veulent de les sauvegarder, et les propriétaires de ces comptes à prendre des mesures et effacer les traces.

Ah oui, précision: pas de preuves. Il y a des utilisateurs qui ont tweeté des contenus comme « preuve » contre ces comptes, ce qui est strictement illégal (conservation et diffusion de contenus à caractère pédopornographique).

Vous voulez vous la jouer chevalier blanc et nettoyer Twitter ? Très bien. Voici la bonne marche à suivre:

Paul Da Silva conseille sur son blog d’éloigner les enfants du net pendant ce temps: j’ai du mal à en voir un intérêt. « One does not simply deny internet access to his children » (Boromir 2.0). Si vos gamins sont assez grands pour surfer tout seuls, leur interdire l’accès va immanquablement leur faire comprendre que quelque chose ne va pas, si en plus vous leur dites la raison pourquoi ils sont privés de Twitter et qu’ils ont l’idée de fouiller votre historique de navigation, ils tomberaient précisément sur ce que vous avez voulu leur éviter. Et ne comptez pas sur le contrôle parental, le plus que mon père essayait de le rendre strict, le plus que je passais le pc en mode sans échec pour l’éviter (et j’avais 12 ans à l’époque). Un parent n’est pas là pour poser des barrières, un parent est là pour montrer le bon chemin et accompagner ses enfants quand ils en ont besoin. En tant que parent vous devez être « cool », montrer de l’assurance même quand vous doutez: un parent qui panique et c’est l’enfant qui panique doublement. Ne laissez donc rien paraître de votre action.

D’ailleurs de manière générale: videz votre historique de navigation. Ça vous évitera la nausée quand Firefox vous proposera l’URL par la magie de l’awesome bar.

La dernière étape, à ne surtout pas négliger:


Maintenant, les lignes qui vont faire mal, les lignes qui ne sont pas écrites par les tripes mais par le cerveau. Vous avez la liberté de ne pas lire la suite.

Développons.

* Je n’ai pas cherché à valider ou invalider cette thèse, mais je peux raisonnablement penser que l’apparente multiplication des comptes diffusant coup sur coup des images pédopornographiques n’est qu’une provocation et non la promotion de sites ou réseaux ou « partage entre amis ». En effet il est bien connu que les réseaux sociaux sont en première ligne pour lutter contre la diffusion de tels contenus, que les réseaux sociaux les plus populaires travaillent étroitement avec les services de police et que l’anonymat est un concept peu défendu par ces réseaux sociaux. D’où mon idée qu’un groupe (peut être même pas pédophile) a fait exprès de créer des comptes provocateurs derrière des mesures d’anonymisation comme TOR. L’objectif ? J’en verrais bien deux: en vengeance à une action telle que l’OpDarknet des Anonymous, ou alors en justification de loi liberticide (vous pouvez me penser paranoïaque, il n’en reste que les services gouvernementaux américains ont la capacité à se servir des réseaux sociaux pour influencer l’avis des autres utilisateurs en temps de guerre).

* Déjà lu « Confessions d’un pédophile » ? Ce livre n’est plus tout récent mais donne déjà d’intéressants détails. Oui la pédopornographie c’est aussi un business, une grosse industrie, qui par souci de discrétion ne commercialise que des codes d’accès bureau à distance à des serveurs dont les dossiers sont chiffrés. Le « client » ne garde donc aucune trace sur son disque dur et la consultation est on ne peut plus anodine d’un point de vue externe. Il y a déjà des décennies l’industrie mettait la police en échec avec WASTE, soyez assurés que ces personnes maîtrisent ce que l’internaute moyen commence à connaître pour éviter Hadopi. Le territoire de l’industrie ? La Russie et l’Asie. C’est donc certainement pas sur Twitter que ce business discret a lieu.

* 9 sur 10, c’est la proportion des agressions sexuelles sur mineurs dans le cadre familial par rapport au total. Cadre familial on entend père/mère sur fils/fille, oncle/tante, cousin/cousine, frères/soeurs, demi- (familles recomposées), grands parents, …  Et c’est pas parce que c’est familial que c’est « plus doux »: voir Kylie Freeman au sujet de son père dans l’émissions America’s Most Wanted (elle raconte qu’il lui a fallu des années pour se rendre compte que ce que fait son père tout en filmant ce n’est pas ce que « tous les pères font avec leur fille »), ou l’histoire de Jade et son beau-père à lire sur le blog de Maitre Mo (attention histoire dure). Attention aux idées reçues aussi: les femmes pédophiles ça existe et ça peut être pire. Et l’inceste pré-pubère peut effectivement développer une pédophilie, d’où la nécessité d’une prise en charge sans tabous.

* Rappelons ce qu’est la pédophilie: il s’agit de l’attirance pour des personnes pré-pubères (si c’est pour des personnes pubères, il y a lieu de parler d’éphébophilie). D’un point de vue juridique: tout acte sexuel même consenti entre un mineur et un majeur est interdit. Vous me direz qu’une relation entre un(e) garçon/fille de 18 ans et un(e) garçon/fille de 17 c’est pas comme celle d’un(e) homme/femme de 65 sur un(e) garçon/fille de 6 y compris d’un point de vue légal, n’en reste que c’est interdit. Si déjà il est difficile de mettre au jour toutes les agressions sexuelles sur mineurs, comment peut-on espérer mettre au jour tous ceux qui ont une attirance pour les enfants pré-pubères ? Je me dis que plus on fait cette « chasse aux sorcières », plus il sera difficile de trouver de réels pédophiles et les aider avant qu’ils ne commettent un acte grave. Des siècles de moralisation religieuse ont malheureusement constitué un secret très lourd sur toutes les « déviances sexuelles », et il faudra beaucoup de temps pour briser les tabous et envisager des mesures efficaces pour atténuer ou faire disparaître cette attirance sexuelle particulière.

* Vous n’avez jamais été exposé à un contenu à caractère pédopornographique ? Prenez un imageboard américain et voilà. Pourquoi ? Parce que la jurisprudence française (contrairement à l’américaine ou la japonaise) considère également les représentations visuelles comme des contenus pédopornographiques, comme par exemple les dessins hentai du genre « lolicon ». Nous vivons dans une société de communication, une société où chaque jour le français moyen consomme un bon gigaoctet de trafic internet (voire bien plus) et le porno est florissant sur le net. Il a à peine fallu 20 ans pour en arriver là, et l’espérance de vie humaine s’allonge à ~90 ans: statistiquement vous finirez par trouver sciemment ou non un contenu pédopornographique (un vrai). Bon, sauf si votre utilisation de l’internet en reste à envoyer et recevoir des emails familiaux (quoique…).

* L’affaire Dutroux marque le début de cette sorte de chasse à la sorcière actuelle, en faisant croire que tous les pédophiles sont des Dutroux en puissance. Totalement faux bien sûr, beaucoup (la majorité ?) des pédophiles aiment les enfants de manière à ne surtout pas leur faire du mal, et bien souvent les pédophiles ne sont jamais passés à l’acte et n’y passeront jamais, surtout si on est prêt à les écouter et les aider à surmonter leur attirance (c’est l’occasion de saluer le travail de l’association L’Ange Bleu, dont l’expérience a permis d’exprimer toutes leurs réserves par rapport à l’article 4 de la LOPPSI ce qui m’a permis d’avoir une autre vision sur la question). D’autant plus que, rappelons-le, les agressions sexuelles intra-familiales sont très majoritaires et qu’il faut souvent des années pour que les personnes osent en parler.

* Petit rappel sur l’article 4 de la LOPPSI: il instaure une collaboration police-FAI pour le blocage de sites web. D’un point de vue technique la méthode privilégiée est le peu coûteux blocage DNS, comme contre les sites de jeux en ligne non agrées par l’ARJEL. Justification: ces sites web sont hébergés à l’étranger donc difficiles à faire fermer. D’une part, un tel blocage est facile (enfantin ?) à contourner. Ensuite, quid si la liste de blocage est fuitée, comme on a vu avec celles de l’Australie et de la Suède ? Un bel annuaire. D’autre part ce n’est que chercher à cacher le problème, plutôt qu’essayer de remonter à la source, identifier victimes, producteurs et diffuseurs, puis faire fermer. Inefficace parce que de tels sites web sont extrêmement rares (vous avez lu précédemment que cette industrie a une maîtrise technique très poussée et ne se ferait pas simplement avoir par un site web). Et enfin liberticide puisqu’une fois les outils en place, la censure va être étendue à d’autres choses (terrorisme, rumeurs, subversion,..). Après tout, le fichage ADN n’était prévu que pour les agresseurs sexuels, maintenant participer à une manifestation est suffisant pour subir la même.

* (je crois que j’ai développé précédemment la problématique des tabous religieux, la morale, les affaires de curés pédérastes, ainsi que l’ouverture du dialogue avec des spécialistes, c’est pourquoi je suis plus dans une approche anticléricale que laïque, je garde pour moi mon antithéisme)

* De temps en temps je demande aux gens s’ils sont favorables à la peine de mort, et si oui dans quelles circonstances. La plupart du temps la pédophilie est l’une des raisons évoquées. Notez bien: la pédophilie est suffisante, pas besoin d’agressions sexuelles, et quand j’ai pointé la différence ça n’avait pas l’air de déranger (en général on me dit que c’est alors préventif). Fût un temps où être juif ou être considéré comme juif (même non pratiquant) avait des conséquences que je n’ai pas besoin de vous rappeler. Le parallèle était parfois si flagrant que j’en étais choqué, et on me niait la gravité de tels propos. Moi qui suis déjà à la base fortement défavorable à la peine de mort, voir la peine de mort être justifiée sur des critères aussi subjectifs…  Le pire dans l’histoire c’est que cela ne fait que renforcer le climat ambiant pesant sur les pédophiles passifs, les empêchant d’oser s’ouvrir aux spécialistes qui pourtant les aideraient à surmonter leur attirance pour éviter tout passage à l’acte. Et met aussi une pression aux victimes (souvent de la famille, une fois encore), qui ne souhaiteraient pas de telles extrémités malgré les faits, les empêchant alors de parler. La situation peut tellement dégénérer qu’une nouvelle affaire d’Outreau est possible, ce qui n’est absolument pas souhaitable.

Un mot encore: les agressions sexuelles sont malheureusement un sujet très alléchant pour les médias, l’autre jour j’ai entendu par exemple qu’un homme se serait approché d’un camping pour ouvrir une tente dans laquelle dormaient deux filles… sur France Info. La tente n’aurait même pas été ouverte, mais ça a fait le tour du pays. Les pressions publiques, politiques et médiatiques, il n’y a pas pire pour une instruction judiciaire, et l’affaire d’Outreau l’a montré avec force. C’est pourquoi il me semble qu’il faut -désolé de l’écrire ainsi- « banaliser » ces choses, casser les mythes et tabous, en parler ouvertement sans provoquer d’ouragan international, pour que la justice puisse être rendue dans la sérénité sans une armée de journalistes devant le tribunal. Par respect pour les vrais victimes je souhaite qu’il ne soit pas aussi facile de mettre en détention provisoire une personne sur un simple mensonge, par respect pour les vrais victimes je souhaite que la justice soit juste (oui), et surtout je souhaite qu’une reconstruction soit possible pour tout le monde, que les traumatismes ne hantent et ne détruisent pas des vies entières, et que rien ne puisse justifier des mesures aussi liberticides que celles qu’on a vu justifiées par la « lutte contre la pédophilie ».

Peut-être vis-je dans un monde où la réflexion est écrasée par l’émotion, et je le déplorerais. Sur Twitter comme partout.

ps: désolé si je serai agressif avec la modération des commentaires, si vous avez un avis très tranché mais peu courtois sur la question je vous invite à le publier sur votre blog.

flattr this!


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles