Autoblog de sametmax.com

Ce site n'est pas le site officiel de sametmax.com.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de sametmax.com

Monter son master node Interzone (ITZ) 20

Thu, 21 Dec 2017 12:52:47 +0000 - (source)

Acheter et vendre des cryptomonnaies, tout le monde comprend le principe. J’achète un truc, j’attends, je le revends. Si le prix a monté, je gagne du pognon, s’il est descendu, j’en perds.

Mais il existe d’autres formes d’investissement. L’une d’elles est le master node, et on va apprendre à en monter un.

Attention, ça demande de savoir administrer un serveur linux. Le tutoriel n’explique pas bash, apt, ssh ou make et suppose que vous êtes à l’aise avec ces outils. Si ce n’est pas la cas… pas de bol.

C’est quoi déjà ?

Bitcoin n’est plus la seule crypto, il y en a maintenant des centaines, et certaines essayent de se distinguer technologiquement.

Quelques-unes ont le concept de master node, des machines dont les propriétaires ont acheté un certains nombre de coins, et les bloquent. En échange de quoi, le réseau donne à la machine le droit de faire certaines opérations en plus, opérations qui rendent service au réseau (rendre les exchanges anonymes, accélérer les transactions, etc).

Le but des master nodes est double:

Mais pour le propriétaire du master node, qu’est-ce qu’on y gagne ?

Et bien tous les jours, une cagnotte est répartie équitablement entre tous les masternodes en récompense de leur service.

Par exemple, j’ai monté la semaine dernière un master node Vivo. Il a couté a l’achat 3200 euros. Tous les jours, il génère 5 vivos, soit actuellement 20 euros. En plus de cela, le vivo a augmenté de prix depuis l’achat, et le master node vaut maintenant 5000 euros si je décide de revendre les coins qui sont bloquées. Mais ça voudrait dire fermer mon master node.

Choisir un master node

Tous les master nodes ont des coûts et une rentabilité différents. Il existe des listing qui permettent de se faire une idée de la question.

Aujourd’hui je vais vous faire un tuto sur le master node Interzone, car il est très peu cher à l’achat: moins de 300 euros. Évidemment, il ne rapporte que 2 euros par jour.

Mais si vous voulez apprendre à faire des master nodes, c’est plus simple que de débloquer 5000 balles pour du vivo. Ou pire, un million pour un node dash :)

Interzone est aussi un wallet très basique, et donc simple à monter.

Acheter les coins

D’abord, il faut acheter les coins. Le nombre de coins à acheter est différent pour chaque type de node. Pour Interzone, c’est 5000 à bloquer, et donc on va en acheter 5001 pour les frais de transaction.

Pour se faire, il faut d’abord acheter une monnaie plus populaire sur une plateforme d’achat. Par exemple, vous pouvez acheter du Bitcoin sur Bitstamp.

Ensuite, faite un virement (withdrawal) vers une plateforme d’échange.

Tout ça se fait en plusieurs étapes.

D’abord, ouvrir des comptes sur ces sites, et faire les putains de vérifications de sécurité. Ouai, si vous vouliez trader anonymement c’est raté. Et parfois c’est long. Très long. Par exemple pour les achats par carte bancaire, Bitstamp m’avait demandé une photo de moi tenant mon passeport. Je sais pas si ils le font toujours, mais c’est over chiant.

Je vous laisse vous occupez de tous ça, on se revoit dans quelques jours.

Ça y est, de retour ?

Ok.

D’une part on va aller sur un exchange voir le cours de l’Interzone pour savoir combien de BTC acheter.

Par exemple à cet instant je vois que je peux acheter un ITZ pour entre 0.000002699 et 0.000007300 BTC. En regardant les cours, je vois que j’ai suffisamment de vendeurs pour avoir 5001 ITZ à 0.000002990 BTC, donc 0.0149529900 BTC. On rajoute les fees de l’exchange (0.0000373824750 BTC) et on prend en compte les fees de transactions de la block chain bitcoin (0.00265914 BTC).

Total: 0.017649512 BTC, soit 281.57 euros sur Bitstamp.

Parfois c’est plus, parfois c’est moins. Ça fluctue beaucoup.

On achète ça. Ça prend encore du temps…

Quand on a tout, on fait le virement sur son autre wallet, celui sur l’exchange.

Depuis l’exchange, on achète enfin son Interzone.

Monter son master node

En théorie on peut faire ça avec un client, mais en pratique ils ne marchent jamais. En plus il faut que ça reste allumé tout le temps et il faut avoir une IP statique.

Donc on va le faire sur son propre serveur linux.

Le plus pratique est d’avoir un serveur à soi qui tourne quelque part, ou de louer un VPS au prix minimal. En effet un master node, ça consomme que dalle en ressource et vous pouvez le mettre sur un raspberry pi si ça vous chante.

Parce que je suis pas maso, je vais expliquer que pour une distro, car il va falloir compiler. On va donc faire ça pour une Ubuntu 16.04.

D’abord on s’assure d’être toujours à l’heure:

sudo apt-get install ntp ntpdate
sudo update-rc.d ntp enable

On installe la tetrachiée de dépendances:

sudo apt-get install build-essential software-properties-common nano libboost-all-dev libzmq3-dev libminiupnpc-dev libssl-dev libevent-dev   libtool autotools-dev automake pkg-config libssl-dev libevent-dev bsdmainutils libboost-all-dev

Ensuite, on a besoin de downgrader une lib, donc, ppa:

sudo add-apt-repository ppa:bitcoin/bitcoin
sudo apt-get update
sudo apt-get install libdb4.8-dev libdb4.8++-dev

On download les sources:

wget https://github.com/projectinterzone/ITZ/archive/master.zip
unzip master.zip

Et on compile:

cd ITZ-master 
./autogen.sh
./configure
make

Vous pouvez aller boire un coup, pisser, faire la sieste. Ça prend pas mal de RAM, donc si vous serveur en a pas assez, faites les sur un ordi local avec la même version de linux.

Une fois tout ça terminé, le résultat est que dans le dossier ITZ-master/src vous avez deux executable:

C’est ce qu’on va utiliser. Si vous avez compilé en local, uploadez les n’importe où sur votre serveur.

Maintenant, on se place sur le serveur, dans le dossier qui contient interzoned et interzone-cli, et on va créer un fichier de config.

Pour le fichier de config, il vous faut l’adresse IP du serveur. On peut la choper avec:

$ dig TXT +short o-o.myaddr.l.google.com @ns1.google.com | awk -F'"' '{ print $2}'
xxx.xxx.xxx.xxx

Le port, lui, est toujours 55675 (soyez sur de pas le bloquer).

Puis on choisit un mot de passe pour le client:

$ tr -cd '[:alnum:]' < /dev/urandom | fold -w30 | head -n1
BjHQ2T95Og2VNxsVDQ5qcFBU1eVNHP

On ouvre le fichier:

mkdir .interzone
vi .interzone/interzone.conf

Et on écrit dedans:

bind=:55675
rpcuser=interzone
rpcpassword=BjHQ2T95Og2VNxsVDQ5qcFBU1eVNHP

Puis on lance le daemon:

./interzoned -daemon -reindex

Si vous êtes consciencieux, ajoutez un service qui le démarre quand votre machine boot.

Au premier lancement, il va télécharger toute la block chain, mais ici c’est seulement 140Mo car interzone est tout jeune encore. Donnez-lui 30 minutes pour être tranquille.

Au bout de quelques minutes, votre client pourra déjà se connecter au master node et voir le progrès avec:

$ ./interzone-cli getinfo 
{
...
    "blocks" : 92477,
...
}

Il est temps de loader votre master node avec du pognon ! On se fait une adresse:

./interzoned getnewaddress MN1
1MKDs1yNze7VEr4zWHTKbiV3T3fBTwtxZ4

Et là vous allez sur votre exchange où vous avez acheté vos coins, et vous faite un transfert d’EXACTEMENT 5000 coins sur cette adresse (la votre, pas 1MKDs1yNze7VEr4zWHTKbiV3T3fBTwtxZ4, bande de moules). Pas un sou de moins. Pas un sou de plus.

Vous attendez que les coins arrivent. Ça peut prendre quelques minutes. Vérifiez avec:

./interzone-cli getbalance
5000.00

Si ça dit 5000, c’est bon.

Il est temps de démarrer notre master node.

D’abord, on arrête le daemon:

./interzone-cli stop

Ensuite, on se génère une clé privée pour notre master node:

./interzone-cli masternode genkey
EHLKJHoYfNaeziVMAtLs5678G9Em861r3456xtYh1TEotpY1

Ensuite on rouvre notre fichier de config, et on le met à jour pour contenir ça:

bind=:55675
rpcuser=interzone
rpcpassword=BjHQ2T95Og2VNxsVDQ5qcFBU1eVNHP
masternode=1
masternodeprivkey=EHLKJHoYfNaeziVMAtLs5678G9Em861r3456xtYh1TEotpY1

Ne soyez pas con, n’utilisez pas la clé que je poste dans ce tuto.

On va aussi chiffrer son waller, maintenant qu’on a des sous dessus, pour éviter de se le faire tirer. On génère un nouveau mot de passe, et on encrypt:

$ tr -cd '[:alnum:]' < /dev/urandom | fold -w30 | head -n1
efFMgBGFpVhlQ0j8o8N4TaC5XdASyG
$ ./interzone-cli encryptwallet "efFMgBGFpVhlQ0j8o8N4TaC5XdASyG"

Faites un backup de votre wallet avant et du mot de passe. Si vous perdez ça, vous êtes niqué de chez niqué.

Vous pouvez déverrouiller le wallet avec:

./interzone-cli walletpassphrase efFMgBGFpVhlQ0j8o8N4TaC5XdASyG 120

efFMgBGFpVhlQ0j8o8N4TaC5XdASyG étant à remplacer avec votre mot de passe fraichement généré et 120 est le nombre de secondes pour le garder débloqué.

Il est temps de relancer le daemon:

./interzoned -daemon

Et finalement, le passer en master node:

./interzone-cli masternode start

C’est good.

Vous pouvez vérifier que ça a été accepté par le réseau avec:

./interzone-cli masternodelist | grep PUBLIC_IP

Toutes les 24h, vous pourrez joyeusement contempler le chiffre fourni par ./interzone-cli getbalance qui augmente. Et vous pouvez envoyer vos coins où vous le souhaitez (par exemple pour les revendre) avec un joli:

./interzone-cli walletpassphrase <votre password> 120
./interzone-cli sendtoaddress

Sécurité

Votre master node est ici configuré en mode “hot wallet”, c’est-à-dire que vos coins sont sur le serveur. Il existe une méthode, plus complexe, plus longue, mais plus sure, qui permet de le configurer en “cold wallet”. Vos coins sont alors sur votre machine, et un lien est fait enter votre machine et votre master node.

Si la sécurité vous importe, je vous invite donc à étudier la question.

Renforcer la configuration du firewall aussi est une bonne idée, puisque maintenant vous êtes une cible d’attaque potentielle.

Enfin, n’oubliez pas de vider tout l’historique bash en partant, histoire de pas avoir tous les trucs en clair dedans:

cat /dev/null > ~/.bash_history && history -c && exit

Et backupez comme des porcs aussi.

Profit ?

J’espère pour vous que tout ça va fructifier (et pour moi aussi). Si c’est le cas, vous savez ce qu’il vous reste à faire: envoyez-nous une carte postale de votre ile deserte. Ou des ITZ à 1AChuSLWAHQgmkGa84AHqBRCs1Z1cxHjnU. Ça marche aussi.

Si vous avez tout perdu, sachez que c’est la faute de Max. Je peux vous donner son adresse.

Et pour tous ceux qui n’ont pas la foi de faire tout ça, je pense que je vais monter un service qui permet de cliquer et acheter des masternodes automatiquement.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles