Autoblog de paulds.fr

Ce site n'est pas le site officiel de paulds.fr.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de paulds.fr

La problématique va bien au delà du tout gratuit

Sun, 12 Feb 2012 21:21:42 +0000 - (source)

Depuis un certain temps déjà, faute de meilleurs arguments, les pro Hadopi (et les nouveaux pro Acta, Sopa, Pipa, …) se réfugient derrière un argument massue qu’un conseiller a probablement eu en réunion un jour : « vous voulez tout gratuit bande de vilains ».

Le dernier en date est Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur qui s’est illustré par un billet fièrement intitulé « Droit d’auteur : l’infantilisme des pirates du Net » qu’il conclura par le paragraphe suivant qui, je l’avoue, m’a décroché un sourire et l’envie de lancer mon traitement de texte :

« Autrement dit, les pirates sont sympathiques et distrayants. Mais ils sont essentiellement mus par l’agressivité, l’avarice et l’inculture. Ils sont comme leurs homologues des Caraïbes, Barbe-Noire ou Rackham-le-Rouge. Ils font rêver les spectateurs et plaisent aux enfants. Mais mieux vaut ne pas tomber entre leurs mains… »

Cette conclusion prend place à la suite d’un argumentaire farfelu (ce n’est pas de l’aggresivité monsieur Joffrin mais un constat simple de quelqu’un qui sait de quoi il parle) qui lui même part du postulat réducteur suivant : « les djeunz sont contre ACTA parce qu’ils veulent télécharger et n’en ont rien à faire de la souffrance des artistes qui travaillent si dur pour produire René la Taupe… » (ok là je caricature, mais à peine).

Monsieur Joffrin imagine que ce que les djeunz des interwebz demandent finalement c’est une mise à mort pure et simple du droit d’auteur et que c’est là la seule raison de leur opposition à ACTA (qu’il reconnaît lui-même comme « discuté [...] dans des conditions d’opacité peu démocratiques » à peine plus haut).

Alors je vais répondre de façon aussi caricaturale que monsieur Joffrin s’est exprimé en premier lieu : le droit d’auteur je m’en branle…

La problématique d’un Net libre est bien plus vaste que celle des échanges entre particuliers à but non lucratif (le piratage) et si vous aviez du mal à y croire il y a un an et demi les événements que l’on a appelé le printemps arabe devraient vous aider à comprendre de quoi l’on parle. Les tentatives de censure incessantes de l’Internet par notre gouvernement pourtant si démocratique devraient commencer à vous inquiéter. La passivité de beaucoup de médias face à certaines problématiques trouvant une réponse dans le support citoyen qu’est justement Internet…

Le droit d’auteur est effectivement à aménager. Pour le moment il sert de cheval de Troie, comme la pédopornographie avec la LOPPSI 2, à la mise en place de systèmes de censure que les dictatures nous envieront dans quelques années et certains osent encore se soucier de l’importance des revenus de quelques exilés fiscaux (à qui le piratage apporte en réalité plus qu’il ne nuit) ?

J’aime la culture, j’aime les artistes (j’ai un peu de mal avec les machines à copyright que l’on nomme actuellement artistes) mais le problème est bien plus large que celui-ci. Et si vous n’êtes pas capable de voir que l’équation réelle est celle de l’intérêt personnel de quelques machines à copyright par rapport à la démocratie elle-même alors c’est vous qui êtes infantile monsieur Joffrin (aka : c’est celui qui dit qu’il y est).

#Lulz

flattr this!


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles