Autoblog de la La quadrature du net

Ce site n'est pas le site officiel de la Quadrature du net.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de laquadrature.net

Crise sanitaire : la Technopolice envahit l’université

Thu, 30 Apr 2020 08:41:37 +0000 - (source)

Dans le contexte de la pandémie, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs, discriminants et manifestement illégaux : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects… Ou quand la Technopolice envahit l’enseignement. Ces dispositifs doivent être rejetés dès maintenant

En mars 2020, le ministère de l’Enseignement supérieur a publié un « plan de continuité pédagogique » composé de plusieurs fiches visant à accompagner les établissements dans le contexte de la pandémie (et depuis régulièrement mis à jour). La fiche n°6 « Évaluer et surveiller à distance » indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Le document recommande ensuite aux établissements une liste de fournisseurs de services « qui ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ».

Cette liste, qui est donc une recommandation officielle du gouvernement, fait la promotion d’outils de surveillance extrêmement invasifs, dangereux et profondément discriminants. Au programme : reconnaissance faciale, vidéosurveillance continue avec analyse comportementale (par utilisation simultanée de la webcam et du smartphone), voire détection sonore de bruits suspects.

Enseignement technopolisé

Commençons par une rapide présentation des pires solutions envisagées :

Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continue ». Sur son site, l’entreprise promet de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats » ;

– C’est le cas également pour Proctorexam, qui propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux » ;

TestWe, solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler » ;

– et enfin Smowl qui « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».

Ces services ne sont malheureusement pas nouveaux et sont déjà utilisés par plusieurs établissements. Selon le document du ministère, c’est notamment le cas de l’Université de Caen-Normandie depuis 2017 et de Sorbonne Université (même s’il est difficile de connaître exactement la solution mise en place). Le contexte de la pandémie provoque une démultiplication leur utilisation et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés.

Surveillance et discrimination

Ces dispositifs sont pourtant profondément intrusifs : ces logiciels bloquent les ordinateur des étudiant.es, déclenchent une double surveillance obligatoire de la webcam et de la caméra du téléphone et nécessitent quelquefois un enregistrement sonore. Mais il est également nécessaire de prendre en compte les profondes discriminations que ces outils risquent d’entraîner, notamment pour les étudiant·es n’ayant pas l’équipement adapté, ou un environnement propice à ce genre d’examens (la surveillance visuelle et sonore nécessite un lieu à soi, sans bruits, etc.).

Ce sont bien ces mêmes arguments qui ont déjà été soulevés par le journal Le Poing (à ne pas confondre avec Le Point) qui souligne le « protocole aussi kafkaïen qu’orwellien, intrusif pour sa vie privée, et lourd de contrainte, en particulier pour les étudiants précaires » et le SNESUP-FSU (syndicat d’enseignement supérieur) qui dénonce ces dispositifs en considérant justement que « la plus grande liberté laissée aux établissements d’une dématérialisation complète des examens pouvant faire appel à de la télésurveillance, outre qu’elle se heurte à des problèmes techniques souvent insurmontables, facilite la réalisation par les établissements d’un suivi individualisé des enseignant·es, au mépris de leur liberté pédagogique, et accentue potentiellement l’inégalité des étudiant·es ».

Illégalités manifestes

Il est encore plus étonnant de voir le gouvernement recommander des solutions aussi manifestement illégales. Car en ce qui concerne le système de reconnaissance faciale ou d’enregistrement sonore d’une voix en particulier, l’article 9 du règlement général sur la protection des données (RGPD) interdit tout traitement de données biométriques « aux fins d’identifier une personne physique de manière unique » – ce qui est bien le cas ici. Et si cette interdiction de principe souffre quelques exceptions, aucune d’elle ne permet d’autoriser ce type d’outils (et sûrement pas le « consentement » de l’élève, qui doit être libre, c’est-à-dire non contraint…).

De manière générale, outre que personne ne devrait être forcé à une surveillance constante par sa webcam ou son téléphone, les solutions décrites ci-dessus ne sont en aucun cas « adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire » comme le recommande pourtant le RGPD (article 5) – Nous ne voyons pas ici quel objectif rendrait licite une surveillance d’une telle intensité. Ce qui rend la plupart de ces dispositifs simplement illégaux.

Voir le gouvernement recommander de telles solutions illustre sa fuite systématique vers la surveillance numérique. Fuite que nous appelons les établissements d’enseignement à ne pas suivre en renonçant à ces dispositifs invasifs

Recommander ces méthodes est d’autant plus dommageable que des alternatives existent, comme l’annulation ou le report des examens, ou plus simplement le passage d’une évaluation en contrôle terminal à une évaluation en contrôle continu. Mieux encore : cette situation inédite peut être l’occasion de préférer de véritables innovations pédagogiques à de pseudo-innovations techniques. Plutôt que de fonder l’évaluation sur la crainte de la triche, il serait ainsi possible d’évaluer élèves et étudiant·e·s sur leurs compétences, d’aménager individuellement les évaluations, ou de recourir à l’auto-évaluation supervisée.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles