Autoblog de klaire.fr

Ce site n'est pas le site officiel de klaire.fr
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de klaire.fr

Les problèmes.

Wed, 23 Mar 2016 15:31:31 +0000 - (source)

J’ai lu plusieurs papiers qui tentaient de refléter le problème. Le problème, bien sûr que c’était le dernier attentat en date, mais c’était aussi, plus insidieusement, qu’il faille désormais préciser lequel. Le problème, c’était que le choc se teintait d’habitude, voire honteusement ; de quasi-lassitude. Le problème, c’était qu’une horreur isolée, on pouvait encore finir par la digérer, mais là, à force, on était drôlement ballonnés.

C’est moche, ballonné, quand il y a des morts et du sang, c’est mesquin, évidemment.

Le problème, c’était qu’on se détestait de se voir tomber dans la routine de l’attentat, de voir qu’on y avait nos habitudes, Jean-Mi, je te sers comme d’hab ? Oui, voilà, mets moi une récup raciste, deux textes de lois ultrasécuritaires, et un débat niveau CE2 sur le rétablissement de la peine de mort dans les coms facebook, comme d’habitude. Et puis comme d’habitude, tu me mettras du hoax, du complot et une photo gore dont on s’offusquera de la diffusion. Et puis, tu me mettras un slogan qui pète avec un dessin, un truc belge là, des frites ou quoi, des bières stuveux. Ah non, la bière, ça fait #jesuisterrasse, un peu, reste plutôt sur les frites, on va se mélanger les pinceaux, sinon. Non, pas vraiment les pinceaux hein, ça fait Charlie.

C’est là-dessus que j’ai lu plein de trucs. Sur la course au nouveau « Je suis charlie », le concours de celui qui se fendrait du logo d’attentat qu’il serait le plusse mieux. Il faut dire que ce bout de la lorgnette était assez révélateur du problème suscité, celui que les attentats et nous ça devenait un vieux couple qui ne fait plus trop l’amour mais sait d’avance ce que l’autre va vouloir regarder à la télé.

J’ai vu, donc, quelques papiers retraçant sous forme de diapo, de top, ou d’analyse, les dessins de presses et montages élévés au rang de wannabe-je-suis-charlie. On s’y prenait la tête, un peu, à savoir si les uns ne cherchaient pas à se faire de la pub en publiant un dessin de frites en forme de doigt d’honneur, si les autres avaient le droit ou pas de dessiner Tintin, si untel et trucmuches ne s’étaient pas copiés en dessinant le Manneken Pis, si les moules contre les kalachs c’était impactant ou pas. Bref, on cherchait l’image qui rassemblerait, et si on ne la trouvait pas vraiment, c’est sûrement parce qu’aussi cruel et terrible qu’il soit de le constater, nos premiers émois de victimes du terrorisme s’étaient un peu émoussés, et que rest in peace la spontanéité. Mais on en avait besoin, de se regrouper sous un drapeau, alors on y allait quand même de notre frite levée bien haut en hommage, de notre drapeau belge de solidarité, de notre dessin de plantu, de notre Tintin qui chiale. On trouvait pas, mais on le cherchait, notre symbole. Notre image, qui ne changerait rien mais nous ferait un peu de bien.

Et puis, Johnny est arrivé.

Comment je me suis retrouvée sur le compte Twitter de Johnny, c’est une autre affaire. Mais visiblement, les grands médias étaient passés à côté de ça : Johnny, lui, avait trouvé.

Johnny avait tenu a rendre hommage, Johnny avait posté une image.

Des frites ? Un Peace&Love ? Des crayons contre des kalach ? Lalalalala, non, non.

Johnny a posté une photo de lui.

johnny_belgique

 

Moi, j’ai pas compris.

D’un autre côté, je ne suis plus trop sûre de comprendre grand chose.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles