Autoblog de gnuzer.legtux.org

Ce site n'est pas le site officiel de gnuzer.legtux.org
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de gnuzer.legtux.org

Réponse à Sebsauvage

Fri, 05 Oct 2012 15:43:02 +0000 - (source)

Pour ceux qui veulent reprendre depuis le début :
l’article de Sebsauvage
ma réaction sur StatusNet
sa réaction à ma réaction

J’ai l’impression que Sebsauvage a mal interprété mes bougonnements sur StatusNet, alors je vais revenir sur l’article départ en détaillant ma réaction, et en espérant sortir quelque chose de plus intelligent et de plus précis que quelques bafouilles en 140 caractères. Parce que ce n’est pas le fond de l’article qui est critiquable, mais la façon dont il est présenté.

Héberger des vidéos sur son propre serveur… sans le tuer

Quand on est un barbu et qu’on lit ça, on pense immédiatement : « peer-to-peer ! ». En effet, les vidéos sont généralement de gros fichiers, et on sait depuis belle lurette que les protocoles peer-to-peer sont les plus appropriés pour partager des gros fichiers. Pourquoi choisir un modèle où chaque nouveau téléchargeur ralentit l’ensemble, au détriment de modèles où chaque nouveau téléchargeur l’accélère ?

YouTube censure à tour de bras:

  • Entre les robots de Google qui censurent idiotement les vidéos (même des chants d’oiseaux).
  • Les industriels de la culture qui envoient des mises en demeure à Google, souvent totalement injustifiées, parfois à leur propre profit.
  • les pays qui censurent certaines vidéos (quand ils ne coupent pas intégralement YouTube).
  • et YouTube lui-même qui commence à censurer selon le bon vouloir des pays.

Quand on lit ça, on peut penser « serveur HTTP perso », mais on a bien envie de continuer à penser « peer-to-peer ». Une poignée d’IP des quatre coins du monde connectées entre elles reste quand même beaucoup moins vulnérable à la censure qu’un serveur centralisé.

Il faut sérieusement réfléchir à héberger ses vidéos soi-même. (Mitsukarenai est un expert sur le sujet, alors ma petite diatribe du jour va sûrement le faire sourire.)

En plus sebsauvage nous parle de Mitsukarenai, grand utilisateur de bittorrent (en parallèle avec la diffusion HTTP, via le webseeding). On continue à penser « peer-to-peer ».

Seulement voilà, héberger soi-même des vidéos pose des problèmes épineux:

  • Cela consomme votre bande passante vitesse grand V. Certains hébergeurs vous factureront chèrement les dépassements, d’autres couperont tout simplement votre site.

Là, en tant que barbu, on est surpris. Bin oui, pour moi « héberger soi-même », ça veut dire « héberger sur son ordinateur, chez soi ». Là effectivement on peut craindre les problèmes de débit (si 50 personnes téléchargent en HTTP une vidéo sur mon petit ADSL, je vais vite apprendre à aimer le peer-to-peer !).
Mais pour Sebsauvage, « héberger soi-même », ça veut dire « mettre soi-même ses données chez un hébergeur ». Soit.
Ça me gêne quand même un peu qu’il ne l’ait pas précisé dès le début. Comme si un Internet avec des gros centres au milieu, et des petits terminaux tout autour qui vont chercher le contenu était la structure normale de l’Internet, et qu’il était évident de penser l’Internet comme ça tant qu’on n’a pas précisé qu’on le pensait acentré.
Le plus grave étant que Sebsauvage critique ici l’un des inconvénients d’un tel système (« Certains hébergeurs vous factureront chèrement les dépassements, d’autres couperont tout simplement votre site. »), et ne propose pas comme solution de sortir d’un tel système, mais de s’y enfoncer encore plus, comme on le verra par la suite.

  • Si votre vidéo devient populaire, vous aurez des problèmes de débit (votre hébergeur peinant à servir la vidéo à tout le monde). Vous n’avez pas les CDN de YouTube pour répartir la vidéo sur différents serveurs dans le monde. Et vous n’avez probablement pas les moyens de vous payer des CDN Akamai.

Mais enfin pourquoi des CDN ?
Pourquoi la solution la plus compliquée, la plus centralisatrice et la plus illogique d’un point de vue réseau Internet ?
Pourquoi ?

WHY rageface

  • Enfin il faut que vous gériez vous-même la compatibilité entre navigateurs: Utilisation du tag video d’HTML5 ou non, codecs vidéo supportés… avouez, c’est chiant.

En arrivant là, d’une part on commence à se dire que Sebsauvage aime s’embêter pour rien (pas vraiment pour rien en fait, plutôt pour des raisons difficiles à comprendre pour un barbu), d’autre part on est de nouveau surpris. Bin oui, « héberger des vidéos », pour moi, ça veut dire héberger des fichiers vidéo, et donner la possibilité aux gens de les télécharger pour les visionner, tout simplement. Mais visiblement, pour Sebsauvage, ça veut dire « donner la possibilité aux gens de les télécharger pour les visionner dans leur navigateur ». Avec toutes les prises de tête que ça engendre (reconnaissance de la balise, codecs, fallback flash, etc.). Encore une fois, on est gêné qu’il ne l’ait pas précisé dès le début. L’article sous-entend du coup que streamer une vidéo sur le protocole http dans un navigateur est une évidence, et regarder une vidéo dans un lecteur vidéo un cas particulier, à part.

La suite de l’article détaille la procédure pour mettre en place la solution à base de video.js et de CoralCache, en 5 étapes. C’est compliqué.
Moi quand je veux partager une vidéo, je le fais en deux étapes : création du torrent, seed. (Si la vidéo n’est pas déjà dans un format ouvert, je la réencode aussi, mais ce n’est pas une obligation technique.)

Vient ensuite une démonstration. J’avais peur que cette solution m’oblige à activer javascript dans mon navigateur (comme avec Youtube), mais visiblement, je peux récupérer la lien de la vidéo sans problème pour la lire avec mon lecteur vidéo préféré. Tant mieux.

En tant que visiteur, je dirais que la solution de Sebsauvage est une bonne solution (chezmoiçamarche™). Je ne critique donc bien évidemment pas la solution que Sebsauvage a mis en place. Je ne lui reproche pas non plus de choisir une solution compliquée (‘fait ce qu’y veut). Je lui reproche plutôt la façon dont il présente les choses.
Sebsauvage n’a pas présenté sa solution comme une alternative à Youtube pour diffuser des vidéos en streaming via HTTP au sein d’une page web, mais comme une alternative à Youtube pour diffuser des vidéos. Sebsauvage, en présentant les choses ainsi, contribue à répandre l’idée que « diffuser une vidéo sur Internet » == « mettre une vidéo sur un serveur HTTP central pour que les gens viennent la lire en streaming dans leur navigateur ». Autrement dit, il contribue à la propagation de cette logique de « webbisation » du Net, cette façon de penser qui fait que désormais, quand on veut proposer un service sur Internet, on se sente obligé de le faire via le web. Video, audio, mail, chat, réseaux sociaux[1], édition de texte : tout se déplace vers le web. Comme le dit souvent Grunt sur linuxfr : on est en train de recréer TCP/IP over HTTP.

Ce que je reproche à Sebsauvage, ce n’est pas la solution qu’il propose, qui a le mérite de respecter la liberté et le confort de chacun (je peux télécharger et lire la vidéo comme je le veux, et les gens qui pensent que Internet = Web peuvent voir la vidéo dans leur browser, tout le monde est content). Ce que je reproche à Sebsauvage, c’est de laisser entendre que la solution qu’il propose est la solution n°1, plus logique, la plus évidente, voire la seule solution. Son article m’a fait tiquer, comme quatre mois auparavant l’article Convertir les vidéos YouTube en MP3 avec VLC. Bon, certes, l’idée était d’apparaître dans les résultats de Google pour « convertir+youtube+mp3 », mais pourquoi n’avoir parlé que du mp3, et pas un mot sur les autres formats existants ? Est-ce une évidence de choisir mp3 pour écouter de la musique, le choix n°1, le choix le plus logique ? N’a-t-on pas inventé de codec plus performant et plus ouvert ?

Alors entendre Germaine Michu ou l’expert-marketeux en tendance ouaibe 2.0 de la startup du coin dire que quand on veut publier une vidéo sur Internet, on doit s’assurer que le navigateur peut l’afficher et que l’hébergeur tiendra la charge, c’est assez peu alarmant, et ça permet de rigoler un bon coup entre deux recherches DHT. Entendre ça chez quelqu’un comme Sebsauvage, ça fait peur.

Bon, je termine avec quelques petits mots sur ce que Sebsauvage a publié sur son shaarli :

Si je résume ta pensée: WebM/web/HTTP=mal    MKV/P2P=bien.

Web/HTTP = bien pour diffuser du texte ou des petits fichiers. Pour le reste, il y a plus adapté, IMHO.
Si on pense en expert-marketeux, par contre, si : Web/HTTP = bien pour tout, parce que c’est la seule solution qui permet aussi facilement d’increaser ton pagerank et d’attirer tes followers sur les advertisings qui vont te permettre de payer ton host et ton Content Delivery Netoueurke. (Et la boucle est bouclée.)
Tu penses bien que si le P2P permettait d’imposer de la pub aux visiteurs tout en faisant croire qu’on veut leur bien en leur supprimant l’effort intellectuel de sortir de leur navigateur, il y a longtemps que le P2P aurait été adopté par la masse d’internautes aveuglément soumis aux décisions techniques des faiseurs de brousoufs.

Concernant WebM/MKV: Oui moi aussi j’aurais ADORÉ qu’ils choisissent un conteneur MKV au lieu de ce stupide WebM

Mais pourquoi ? :/
Qui t’interdit d’utiliser MKV ? Qui t’interdit de mettre à disposition en téléchargement un fichier MKV proprement formaté ? Pourquoi se sentir obligé d’obéir à la dictature de Google/Apple/MS/Mozilla/W3C/WHATWG/Dailymotion/Vimeo/etc. ? Pourquoi se sentir obligé d’obéir à ces géants qui ne rêvent que d’une chose, déplacer NOS systèmes d’exploitations dans LEURS pages et navigateurs web, à grand renforts de javascript privateur et bouffeurs de ressources, imposer LEURS choix techniques afin que l’évolution de NOS technologies se fasse dans LEUR sens, tendant vers un rétablissement artificiel d’une rareté et d’un verrouillage technologique si bénéfiques à LEUR business ?
Pourquoi croire que c’est le W3C qui fait le Web ? Le web, c’est ce que ses utilisateurs en font. Le débat des codecs nous fait revenir au débat des normes HTML, où tant de webmasters se plaignaient que Microsoft avait cassé le web. Non, bon sang, ce n’est pas Microsoft qui a cassé le web, ce sont les milliers de webmasters qui ont obéi à Microsoft en passant des heures à rendre leur site compatible IE pour ne pas nuire au confort intellectuel de visiteurs traités comme des eyeballs sans cervelle derrière, au lieu de dire à ces derniers que s’ils n’arrivent pas à afficher correctement leur site ils n’ont qu’à utiliser un navigateur web qui fait correctement son boulot, ce sont ces webmasters-là, tous à se plaindre de la domination de Microsoft tout en y contribuant, qui ont cassé le web.

« je ne vois pas pourquoi s’embêter à mettre un fallback en Flash »

Ça c’est ®om (rom1v) qui l’a dit. Je n’aurais même pas remarqué qu’il y avait un fallback en flash si je n’avais pas regardé le code source.

(oui dans un monde idéal tout le monde utiliserait un bon navigateur compatible HTML5/MKV ou WebM… mais on est *pas* dans un monde parfait.)

J’aime pas trop l’éternel argument « on n’est pas dans un monde parfait ». Si je demande à un politicien pourquoi il fait des discours de propagande, en utilisant des termes simples mais vides de sens, faisant appel à l’émotion plutôt qu’à la raison, en injectant, maintenant et tirant parti des idées reçues dans la tête des gens, pourquoi il choisit la méthode consistant à laisser les gens se complaire dans leur ignorance au lieu de tenter de les faire penser par eux-mêmes, il me répondra aussi :
« J’aimerais bien mais on n’est pas dans un monde parfait. Si tu obliges les gens à réfléchir et à revenir sur leurs idées reçues quand tu parles, ils zappent, ils vont voir ailleurs. Si tu attises leur peur de l’étranger, leur haine des arabes/musulmans/juifs/chômeurs/syndicalistes/patrons/actionnaires (choisis en fonction de ton bord politique), si tu leur serre les pognes avec le sourire, décore un peu la ville, distribue des chocolats dans les maisons de retraites, ils votent pour toi. Ça aussi, ça juste marche. »
Tu comprendras que je le sens moyen. Non, on n’est pas dans un monde parfait. Est-ce pour autant qu’il faut aider les utilisateurs à se complaire dans une ignorance qui est à l’origine des tares de ce monde ?

« Cet article est pathétique de « webbisation » du net »
Pourquoi, le web c’est « mal » ?

La technologie en elle-même, non. Ce que le Web est devenu, oui. Ouvre ton gros œil vert et regarde l’état déplorable dans lequel est le web depuis que les commerciaux s’en sont emparés : publicités, domain squatting, failles de sécurité, CDN, cloud computing, cookies traceurs, surabondance de javascript qui vient remplacer les plugins à la con (Flash, Java, Silverlight) qu’on avait autrefois, API et protocoles-over-HTTP pour faire du mail, de la messagerie instantanée, de l’édition vidéo ou même de la bureautique dans son navigateur pour sans cesse avoir plus de contrôle sur l’utilisateur sans même que l’on ne s’en émeuve parce que « Y’a pas de problème, ça marche sous linusque, lol. ».
Mais c’est bien la tendance que je critique, pas la technologie. Il est tout à fait possible d’intégrer la vidéo dans la page web, tout en garantissant l’accessibilité de celle-ci, tout comme tu le soulignes très justement :

Maintenant rien n’empêche de mettre, juste sous la vidéo, un lien direct vers le fichier WebM, non ?  Ça permet de le télécharger ou – magique! – de l’ouvrir directement dans ton lecteur vidéo préféré au lieu de le voir dans la page web.

(en fait y’a pas besoin de rajouter un lien : la balise video, c’est déjà un lien)

Je dois me répéter, mais le but de l’article portait sur l’inclusion de vidéos DANS UNE PAGE WEB

Oui, on le devine à la lecture, mais tu ne le précises pas d’emblée, ce qui me laisse penser que tu fais un amalgame dangereux (ou du moins qui me semble dangereux).

sans que l’internaute qui consulte n’ait à installer de logiciel supplémentaire.

Ça c’est pareil, c’est un argument qu’on entend souvent de la part des pro-100%web et que je n’aime pas trop. Avoir un système d’exploitation doté d’un navigateur mais d’aucun autre logiciel est considéré comme normal, évident. Du coup on considère que pour télécharger via bittorrent il faut « un logiciel supplémentaire ».
(Cela dit il faut noter que quand il s’agit de télécharger Blockbuster.[machin].DVDRip.TeaM.XviD, les internautes n’ont aucun mal à installer et à configurer un logiciel supplémentaire sans se plaindre que c’est trop compliqué. Idem face à un message dans le genre « You need Adaube Flash Player ». ‘fin je dis ça je dis rien.)
On a réussi à faire croire aux gens qu’il était plus intelligent d’acheter un ordinateur surpuissant et de télécharger 10 fois un lecteur vidéo quand on veut regarder 10 vidéos que de garder son vieil ordinosaure et télécharger et installer un lecteur vidéo une fois pour regarder les 10 vidéos.

Bon pour voir ma vidéo, commencez par aller télécharger le logiciel de P2P trucmuche, installez-le, pensez à ouvrir le port dans votre firewall, lancez le téléchargement de la vidéo machinchose, attendez la fin du téléchargement, puis téléchargez et installez VLC, et ouvrez la vidéo dans VLC…   Dans la pratique, personne n’ira voir ta vidéo.

On peut aller plus loin dans le raisonnement. Dis à un utilisateur que s’il veut voir ta vidéo, il faut qu’il sorte du petit monde Facebook/Google/Vimeo/Dailymotion (c’est un effort intellectuel, mine de rien) et aille sur un autre site web. Dans la pratique, le nombre de gens qui verront ta vidéo sera ridicule par rapport au nombre de vues que tu auras sur Youtube. Alors c’est quoi le but : que ta vidéo soit simplement accessible ou qu’elle soit vue par le plus grand nombre de gens possible ?

il faut encore que ceux qui veulent voir ta vidéo puisse faire du P2P sur le réseau sur lequel ils sont (Oui, c’est pas possible partout).

Ah c’est sûr, une condition requise pour utiliser Internet, c’est d’avoir un accès à Internet. Pas un accès à Internet by Machin.
C’est un argument qui revient souvent : ceux qui veulent diffuser du contenu ou des services disent « les admins bloquent tout sauf le port 80, donc on met tout sur le port 80 », et les admins disent « maintenant les contenus et les services sont tous sur le port 80, donc on bloque tout sauf le port 80 ». Et constatant l’état déplorable du réseau les deux disent « on y est pour rien ».

Et puis si chacun y va de son réseau P2P préféré, on a pas fini d’installer des chiées de logiciels juste pour pouvoir obtenir les vidéos.

D’accord sur ce point. Il n’y a que peu de protocoles qui évoluent ces derniers temps (dont HTTP). Les protocoles P2P : nada. Alors qu’on ne demande pas mieux que d’avoir une vraie normalisation et de vraies évolutions de ce côté-là.

[1] Pour le coup vous allez me dire que je suis gonflé de dire ça alors que j’utilise StatusNet, qui est quand même un service Web mal foutu, bourré de javascript lourdingue, galère à mettre en place, qui souffre de problèmes de compatibilité entre les instances et dont le nœud principal Identica est CDNisé jusqu’à la moelle. Je suis complètement d’accord, StatusNet est une catastrophe, Identica encore plus. Je ne compte pas l’utiliser indéfiniment (je l’utilise de moins en en moins).


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles